INSA

Integrated Nitrogen Studies in Africa

Objectifs du projet

L’objectif du projet Integrated Nitrogen Studies in Africa (INSA) est d’analyser les différents aspects du bilan d’azote en Afrique, en mettant en synergie les expertises de chercheurs européens et africains dans différents domaines des sciences environnementales et sociales en lien avec l’étude de l’azote.

L’azote est le composant le plus important pour les êtres vivants sur Terre. Néanmoins, cet azote doit être transformé pour être accessible et utilisable pour la croissance des plantes. Le cycle de transformation de l’azote dans le sol et l’atmosphère permet aux plantes de pousser en symbiose avec les micro-organismes du sol, mais ces transformations entraînent des émissions vers l’atmosphère de polluants réactifs et de gaz à effet de serre. Perturbé par l’homme, ce cycle entraîne de plus en plus de dommages, et pollue notre environnement, dans l’air, l’eau et les écosystèmes. En Afrique coexistent des grandes villes polluées et de larges zones rurales où l’azote manque pour les cultures, entraînant ainsi des récoltes insuffisantes pour nourrir la population. Ce paradoxe implique de se pencher sur différentes régions d’étude en Afrique, où les phénomènes climatiques sont spécifiques, pour comprendre le cycle de l’azote, donner des recommandations pour une utilisation efficace de l’azote, et éviter ce paradoxe d’à la fois ni trop, ni trop peu d’azote sur le continent.

La déclaration de Melbourne sur la gestion responsable de l’azote pour un futur durable (Décembre 2016) a permis de mettre l’accent sur ce paradoxe et sur les mesures à prendre pour en combattre les effets néfastes sur l’environnement, en spécifiant que « la gestion de l’azote devrait tendre vers différents objectifs simultanés : améliorer l’efficacité d’utilisation de l’azote, augmenter la productivité agricole, améliorer la santé des sols, conserver les ressources, et réduire les pertes d’azote réactif vers l’environnement ».

Pour relever ce défi, le projet INSA va proposer d’estimer les transferts d’azote entre les différents compartiments et écosystèmes rencontrés en Afrique, pour rédiger une synthèse sur l’azote en Afrique. Des réseaux internationaux existent déjà sur ce sujet de recherche, mais restent trop souvent éloignés les uns des autres. Pour la première fois, le projet INSA aura pour rôle de connecter les différentes activités en un réseau multidisciplinaire focalisé sur les différents aspects du cycle de l’azote en Afrique. Le projet va réunir des scientifiques d’Europe et d’Afrique, spécialisés dans l’écologie, la chimie atmosphérique, la qualité de l’eau, les sciences du sol, la biogéochimie, l’agriculture et le bétail. Les compétences multi et inter disciplinaires des équipes impliquées dans le projet vont permettre de développer des aspects innovants de la recherche sur des questions précises, de créer et d’alimenter un dialogue entre les différentes communautés de chercheurs, et de transférer l’information et les résultats vers les personnes directement impliqués, les citoyens et les décideurs politiques. Ce projet va également déployer une composante importante vers l’éducation, en proposant des interventions vers les écoles, les universités, et le grand public, ce qui implique le développement de matériel éducatif et d’outils de dissémination de l’information sur l’usage durable de l’azote dans notre environnement comme action clé pour en réduire les impacts néfastes tout en assurant la sécurité alimentaire.

Participants et pays impliqués dans le projet

Le projet implique 13 organisations de recherche et d’enseignement supérieur, et 2 organisations non académiques, basées dans 5 pays européens (Belgique, Danemark, France, Allemagne et Pays Bas) et 6 pays africains (Bénin, Côte d’Ivoire, Kenya, Sénégal, Afrique du Sud, Nigéria). Des personnels de ces institutions, impliqués dans la recherche, à différents stades de leurs carrières, seront détachés d’un continent à l’autre. Pour plus d’information sur les participants au projet, cliquez ici.

Comment est financé ce projet, dans quel cadre ?

Le projet INSA est financé par la Commission Européenne, plus exactement l’action Marie Sklodowska-Curie du programme H2020, pour les échanges de personnels associés à la recherche et l’innovation (ou Research and Innovation Staff Exchange, H2020-MSCA-RISE). Le schéma proposé dans les projets RISE soutient les collaborations internationales et inter sectorielles à travers l’échange de personnel entre institutions de différents pays et de différents secteurs, afin de promouvoir l’échange de connaissances et de compétences de la recherche vers le marché (et vice versa).

Le projet INSA va donc financer et faciliter la mobilité de personnel entre institutions, détachés pour une période allant de 1 à 12 mois. Deux ateliers de travail seront organisés au cours du projet INSA, l’un à Nairobi (Kenya), l’autre à Abidjan (Côte d’Ivoire), pour permettre des discussions et séminaires sur la thématique de l’azote, ainsi que sur des sujets transverses, à destination des chercheurs, des étudiants et des parties prenantes.

Rechercher